22 novembre 2017 ~ Commentaires fermés

La responsabilité en matière de gaspillage alimentaire

La responsabilité : on emploie le terme de pertes pour signifier que les acteurs qui les subissent, cherchent ou doivent chercher à les réduire – L’intérêt de cette notion est qu’elle est impliquante et concrète pour les acteurs car elle peut renvoyer à une perte économique, tout en n’étant pas stigmatisante. La notion de gaspillage fait référence à un défaut de responsabilité des acteurs : des pertes qui peuvent être aisément évitées deviennent du gaspillage. On a souvent dans la littérature associé le terme gaspillage aux actions du consommateur et du distributeur, qui ont a priori toutes les cartes en main pour éviter les pertes : en gérant mieux les produits périssables, on doit réduire le gaspillage… On pense à des comportements qui seraient nécessairement laxistes. En réalité la frontière entre les pertes et gaspillages est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît en première approche. Les contraintes des acteurs « gaspilleurs » sont multiples (économiques, techniques, réglementaires, logistiques…), ne pas prendre en compte ces contraintes conduit certes à critiquer les pratiques mais peut aussi limiter la recherche de solutions. A l’inverse, penser que les industriels transformateurs ne font que des pertes et pas de gaspillage, parce que structurés pour optimiser leur process, c’est oublier que certains de leurs fournisseurs doivent surproduire pour honorer leurs contrats, du fait des aléas de production, et au final détruire cette surproduction dont leurs clients ne veulent pas. C’est pourquoi nous avons retenu les 2 termes, pertes et gaspillages, comme indissociables et susceptibles de cibler tous les acteurs et toutes les phases d’élaboration, de transformation et de consommation des produits. Tout acteur de la chaîne alimentaire génère en effet des pertes et des gaspillages, en les subissant certes mais en étant aussi responsables. Précisons enfin que la notion de « gaspillage » est une notion subjective et constitue une sous-partie des « pertes ». Si les limites du gaspillage sont difficiles à définir, la notion de « perte » peut être plus aisément définie et peut donc donner lieu à des mesures objectives.

Les Commentaires sont fermés.

Foncierimmoconsult |
Dourdan Environnement |
En Balade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Expandyourmind
| Sous l'écume du jour
| LE TEMPS DES CERISES